De qui parlons-nous ? Quel est le nom correct pour appeler les personnes qui ne peuvent pas entendre ? Le terme correct est “personnes sourdes” : c’est le terme le plus approprié d’un point de vue culturel et social, mais aussi du point de vue physiologique.

En effet, les personnes sourdes ne sont pas muettes comme les “croyances populaires” peuvent nous le faire croire. Les personnes sourdes sont capables de parler comme n’importe qui d’autre, puisque leur appareil vocal est intact et fonctionne. 

Si certaines personnes sourdes ne parlent pas, il peut y avoir deux raisons à cela : peut être qu’elles ne le souhaitent pas, qu’elles n’éprouvent pas de plaisir à faire usage de la parole car elles ne peuvent pas s’entendre ; ou cela peut être lié à un parcours orthophonique infructueux pendant l’enfance. 

Il est important de déconstruire les stéréotypes existants autour de langue des signes : 

“La langue des signes est universelle”

Contrairement à ce que l’on peut penser, la langue des signes n’est PAS universelle. C’est la raison pour laquelle on parle de langues des signes. Comme toute langue orale, les langues des signes varient dans le temps et dans l’espace, dépendent de leur communauté spécifique et ont leur propre classification et familles linguistiques. Il existe des signes internationaux, mais ils ne sont pas reconnus comme une langue. 

“La langue des signes est un jeu de mime”

Les langues des signes ne sont pas une évolution des gestes utilisés par les personnes entendantes. En réalité, seuls quelques-uns d’entre eux coïncident avec la langue des signes. Les signes ne sont pas une représentation fidèle de leur signification, ils sont aussi arbitraires que les mots de toutes les langues orales.

“La langue des signes n’est pas en mesure d’exprimer des concepts abstraits”

Les gens pensent que le vocabulaire des langues des signes ne peut être que concret s’il est lié à des contextes réels. En réalité, tout concept peut être exprimé en signes. Si ces langues peuvent paraître “pauvres”, c’est parce que les contextes dans lesquels elles sont utilisées sont différents ou ont été peu nombreux pendant trop longtemps.

“La langue des signes n’a pas de grammaire”

Les langues des signes ne sont pas seulement un ensemble de signes, elles ont une grammaire spécifique, un système de règles pour construire des phrases, ainsi qu’une phonologie, une morphologie, une syntaxe… Bien sûr, la grammaire des langues des signes est différente de celle des langues orales.

En conclusion, il est important d’être attentif aux termes utilisés pour parler de cette langue et des personnes qui font partie de la communauté Sourde. Le fait est que ces concepts renvoient à des questions importantes telles que l’identité et la dignité. 

Les langues des signes sont des langues réelles qui constituent la culture et l’identité sourde, au même titre que la langue orale d’un pays fait partie intégrante de sa culture et de sa façon de penser et de vivre. 

Pour découvrir des ressources d’apprentissage des langues étrangères adaptées, à travers le patrimoine culturel artistique, retrouvez le projet 4 Elements in art sur son site web.

Source :  Extrait des Guidelines pour la réalisation de vidéos en LS – Projet 4 Elements in Arts – IST (Istituto di Sordi di Torino)